ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

70-L'égocentrisme

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 70-L'égocentrisme le Mar 11 Sep - 11:32

Qu'est-ce que l'égocentrisme?

Ego représentant le moi, donc soi-même, l'égocentrisme est donc la tendance à se centrer sur soi-même et ainsi tout ramener à soi. À ne pas confondre avec l'égoïsme, qui lui consiste à ne penser qu'à ses intérêts au détriment des autres.
Un égocentrique ne se rend même pas forcément compte qu'il ramène tout à lui. Un égocentrique aura tendance à adopter le raisonnement du style "moi, je pense ceci, j'ai vécu cela comme ça... donc les autres c'est pareil".
Un égocentrique refuse la possibilité que les autres puissent être différents de lui, puissent ne pas penser comme lui. Certains ne se rendent même pas compte que les autres puissent être différents.
C'est le cas des jeunes enfants, qui passent par une phase de découverte d'eux-mêmes avant de découvrir les autres et qui donc ont des difficultés au départ à comprendre pourquoi certains n'aiment pas ce qu'ils aiment eux par exemple et pourquoi certains veulent des choses qu'eux ne veulent pas etc...


Être égocentrique, c'est donc interdire à ceux qui sont différents, qui ont un vécu ou un point de vue différents de nous d'exister. . C'est donc un profond manque de respect qui nous dévie du chemin de la sagesse et de l'harmonie.


I-Les égocentriques conscients de leurs tendances à tout ramener à eux

Certains égocentriques se rendent parfaitement compte qu'ils se centrent sur eux-mêmes mais se complaisent dans cette façon d'être.
Difficile de trancher sur le fait que ce soit une qualité ou un défaut d'être conscient de son égocentrisme.

D'un côté c'est une qualité, car reconnaître ses défauts est déjà une avancée qui permettra à l'individu de changer son comportement et se montrer plus respectueux envers les autres. Encore faut-il que l'individu égocentrique y mette du sien en essayant de changer et de corriger son égocentrisme. Et beaucoup ne le feront pas, justement parce qu'ils sont égocentriques et aussi égoïstes, voilà donc un cas d'un individu à la fois égocentrique et égoïste. Il est égoïste en restant égocentrique pour lui et au détriment des autres. Ce qui en fait un défaut encore plus gros, car malgré sa prise de conscience, l'individu égocentrique continue à mal se comporter.

Tandis qu'un individu qui est égocentrique, sans s'en rendre compte, on peut au moins lui reconnaître en quelque sorte, une part d'irresponsabilité de ses actes, puisqu'il se comporte mal sans avoir une réelle notion de ce qui est bien ou mal. Tel un enfant parfois encore en phase d'apprentissage de la vie en collectivité et qui intègre les notions de respect petit à petit au fur et à mesure de sa socialisation.



II-L'égocentrisme chez les enfants


Comme expliqué dans la partie précédente, un enfant est naturellement égocentrique, car il se découvre d'abord lui-même. Il a besoin de temps pour découvrir les autres et intégrer le fait que chacun est différent.

On ne peut donc pas lui reprocher d'être égocentrique et d'avoir des difficultés à comprendre que les autres puissent être différents de lui. Ce serait comme reprocher à un enfant encore en maternelle de ne pas savoir faire des multiplications. On pourrait toujours essayer de les lui apprendre, à moins qu'il soit précoce, un enfant de cinq ans n'a pas encore les capacités cognitives pour comprendre les multiplications.  

Le sage donc bien évidemment est indulgent envers les enfants lorsqu'ils se montrent égocentriques, mais veillent néanmoins à leur expliquer qu'ils se doivent de respecter les autres comme on doit le respecter lui. Il comprend que chaque enfant puisse faire des bêtises, ou mal se comporter, mais il comprend surtout que son rôle en tant qu'adulte, en tant qu'éducateur et aussi en tant que sage sur le chemin de l'harmonie, c'est aussi de donner aux enfants les bons exemples, et de les lui expliquer. Ainsi, le sage donne aux enfants les premières indications pour le guider dans la bonne direction.

Le sage ne part pas du principe que si un enfant est sur la mauvaise voie, ce n'est pas grave, il apprendra plus tard et il finira par retrouver son chemin tout seul. Non, un enfant doit être guidé dès le début et tout éducateur se doit de lui montrer la bonne route et non le laisser emprunter la mauvaise route, car plus l'enfant s'engouffrera loin dans cette mauvaise route, plus il aura du mal à revenir en arrière pour ensuite s'orienter vers le chemin opposé. Car plus un enfant prendra de mauvaises habitudes, plus il va intégrer ses mauvaises habitudes  à sa manière d'être et d'agir avec les siens. Et plus il aura du mal à se débarrasser de ses mauvaises habitudes pour en assimiler d'autres plus adaptées à la vie en collectivité.



III-L'égocentrisme lié à la souffrance

Il est évoqué dans le dossier du manque de recul des victimes de maltraitance que ces dernières ont des difficultés à comprendre que certaines victimes ne voient pas leurs expériences traumatisantes comme elles le voient, ne souffrent pas de la même façon qu'elles souffrent elles. Le sage comprend que les victimes aient besoin de se sentir reconnues, que l'on reconnaisse leur statut de victimes et leurs souffrances et qu'une victime qui nie sa souffrance, qui ne souffre pas autant qu'elles, qui ne ressent pas la même chose qu'elles, risque de semer le doute non seulement dans l'esprit des gens, mais aussi des victimes elles-mêmes.

En effet, si une victime prétend ne plus souffrir par exemple, cela ressemble un peu à un moyen de minimiser la souffrance des victimes de maltraitance, ce dont une victime qui a besoin que l'on reconnaisse sa souffrance, dénigrera en se montrant égocentrique et en partant du principe que parce que elle, elle en a beaucoup souffert et en souffre encore et pense qu'elle va en souffrir à vie, toutes les victimes doivent souffrir comme elle. Une telle victime a besoin de sentir qu'elle n'est pas la seule à souffrir, de sentir qu'on la croit, que d'autres victimes qui souffrent comme elle puissent la comprendre pour éventuellement aussi faire cause commune.  

Mais le sage rappellera aussi souvent qu'il le faut que chaque individu est unique, avec un point de vue tout aussi unique qui fera de lui une personne dont l'aspect unique a droit au respect. Il refusera donc tout raisonnement uniquement basé sur soi-même afin de faire comprendre aux égocentriques que ce ne sont pas à eux de décider ce que les autres doivent aimer, croire ou ressentir.

Le sage rappellera donc qu'il est inadmissible de dire à une victime de maltraitance qu'elle ne souffre pas et donc de se permettre de dire à sa place ce qu'elle ressent, mais il ne donnera pas pour autant le droit aux victimes de s'attribuer la légitimité de parler au nom de toutes les victimes de la terre et ainsi le droit d'imputer à toutes victimes des souffrances, des expériences, des points de vue et ressentiments qu'elles n'ont pas forcément.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.1fr1.net

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum