ADEP

ADEP veut dire Association pour Débats et Etudes sur la Pédophilie. Il s'agit donc d'un lieu pour débattre et étudier la pédophilie et surtout les pédophiles. FORUM INTERDIT AU MOINS DE 16ANS


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

66-Il n'y a pas d'amour sans respect

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 66-Il n'y a pas d'amour sans respect le Mar 31 Juil - 13:43

Il n'y a pas d'amour sans respect. Du moins pour un être vivant. Le respect consiste à tenir compte des autres. Si on dit les aimer mais sans les respecter, il ne s'agit alors plus d'amour, mais souvent de possession.


I-Aimer un être vivant comme tel

On ne doit pas aimer un animal ou un être humain comme on aime une peluche ou une poupée que l'on peut habiller, pouponner, câliner quand et comme on veut. On doit respecter le fait que l'animal, notre chien par exemple, ait des besoins et des envies et n'est donc pas toujours disposé à jouer avec nous, à être câliné quand on veut et surtout à ce qu'on lui tire les poils ou la queue. On doit tenir compte du fait que l'être aimé soit vivant. Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas d'ailleurs, on se doit de respecter chaque être vivant et non le considérer comme un objet sans vie, on peut donc encore moins aimer quelqu'un comme un playmobile en plastique sur lequel on a le droit de vie ou de mort, dont on peut décider d'en faire un policier, un guerrier, un père de famille, un facteur etc... On doit se souvenir que l'être humain a le choix de ce qu'il veut être et que nul ne doit s'opposer à ce choix tant que le choix en question n'implique pas les autres, ou l'individu lui-même, de s'éloigner du chemin de la sagesse et surtout de la paix et de l'harmonie entre les êtres.


II-L'amour de dieu selon un fanatique religieux

J'ai rencontré un jour un fanatique religieux qui considérait que dieu nous aimait, de ses mots, qu'il nous a aimé avant même notre conception, qu'il veut que nous croyons en lui et en Jésus, sous peine de nous envoyer brûler en enfer. Il a également affirmé que dieu avait tous les droits sur nous, sous prétexte qu'il était soi disant plus grand et plus intelligent que nous et surtout parce que c'est lui qui nous aurait créé et qu'un vase ne peut contester avec le potier qui l'a fabriqué, sous peine que le potier brisera ce vase comme dieu jettera dans le feu de Géhenne celles et ceux qui ne croient pas en lui et n'appliquent pas les préceptes bibliques à la lettre. Admettons qu'il nous ait créé, même si techniquement, ceux qui m'ont créé, ce sont mes parents. Mais justement parlons-en des parents. Donc parce qu'ils nous ont crée, parce qu'ils sont plus grands, plus intelligents que nous (quand nous ne sommes encore que des enfants), alors ils auraient tous les droits sur nous, y compris de nous frapper quand ça leur chante, de nous faire souffrir, de nous violer et de nous tuer? Et on devrait aimer ce genre de parents et leur accorder notre confiance aveuglément, alors que eux mêmes ne nous respectent pas? Alors pourquoi devrait-on respecter un dieu qui ne mériterait pas notre confiance et qui serait cruel au point de nous jeter dans du feu simplement parce que nous ne sommes pas sûrs qu'il existe?

Par ailleurs, il est complètement stupide de la part de ce prêtre fanatique de nous comparer, nous des êtres vivants, à la matière sans vie tels que de l'argile. L'argile se fiche que l'on fasse de lui un vase, une tasse ou qu'on lui marche dessus, puisqu'il ne ressent rien, n'exprime aucune envie ni aucun besoin. Si dieu nous considère comme de l'argile, pouvons nous vraiment croire qu'il nous aime? Si il nous traite comme de la matière non vivante alors que nous, nous vivons, nous souffrons et avons des besoins?


III-Exemple d'une relation de domination et de possession

Une histoire triste que l'on m'a raconté, celui d'un petit garçon, battu, violenté par son père qui finit par attirer l'attention de la police qui découvre sur le corps de l'enfant de multiples ecchymoses et même des brûlures de fer à repasser. L'enfant est donc retiré du domicile parental, et son père exige qu'on lui rende son fils.
Plusieurs personnes se sont alors posé cette question. "pourquoi veut-il absolument récupérer son fils, alors que visiblement il le déteste au point de le frapper sans arrêt ? Pourquoi ne le laisse-t-il pas entre les mains des services sociaux qui tentent de lui redonner goût à la vie et aux rapports avec les autres ? ».

La réponse est en réalité assez simple : Ce père ne hait pas son enfant, il le possède. Il considère que son enfant lui appartient et qu'en tant que tel, il peut en faire ce qu’il veut. C’est une personne dominante, qui aime se sentir supérieur. Abandonner son fils serait pour lui un affront vis-à-vis de son sentiment de supériorité, car il verrait son fils, qu’il considère comme sa propriété, lui échapper et cela lui ferait ressentir un sentiment de faiblesse et d’infériorité vis-à-vis de son fils qu’il a toujours dominé et qu’il a toujours soumis à sa volonté. Et il se sentirait aussi inférieur aux services sociaux qui lui auront imposé une décision contre sa volonté alors qu’il est tellement dominant que pour lui, sa volonté doit être satisfaite quoi qu’en disent les autres. Tout comme le père qui dit à son fils " tu ne joueras pas à la console de jeux parce que j’ai pas envie ", c’est sa volonté qu’il place au dessus de la volonté des autres. Certes, c’est moins extrême que le père qui bat son enfant par domination, mais c’est le même principe. Il y a aussi le fait que ce père éprouve le besoin d’avoir son fils, qu’il considère comme son punchingball, auprès de lui pour continuer à s’en servir comme tel.


IV-Quand on aime et respecte, on veut aussi être aimé

Nous avons vu dans le dossier sur la jalousie que certains maris (ou femmes ça arrive aussi) éprouvent une certaine jalousie malsaine envers leurs conjoints car ils les possèdent et ne supportent pas quand ces derniers prennent des initiatives de s'éloigner et d'approcher certaines personnes, éventuellement susceptibles de les séduire sans leur accord. Car ils les considèrent comme des objets que l'on ne peut emprunter qu'avec leur accord.
On rappelle que la jalousie envers son partenaire, n'est pas forcément un signe de possession, cela peut aussi être de la peur de ne plus être aimé et que le conjoint soit séduit par quelqu'un d'autre. Dans ce genre de jalousie, l'individu jaloux tient compte de l'amour de son amoureux, car il l'aime et veut être aimé en retour. Tandis que les individus possessifs ont eux tendance à vouloir se faire aimer de force. Certains ne cherchent même pas forcément à se faire aimer, ils veulent surtout garder leurs partenaires avec eux, que ça leur plaise ou non.

Quand on aime une personne, on veut qu'elle soit heureuse. On veut être aimé en retour.

Cela dit, nous avons aussi vu que l'amour et la haine sont les deux faces d'une même médaille qui peut se retourner facilement.
On peut passer de l'amour à la haine parfois subitement. Surtout pour un individu qui aime, qui donne de sa personne, qui respecte celui ou celle qu'il aime. Mais quand ce dernier se montre irrespectueux, ne l'aime pas en retour, voir au contraire, le méprise, abuse de son amour, il peut le blesser profondément.
L'individu amoureux peut alors réaliser qu'il a beaucoup donné de sa personne, de son amour et autre pour rien, pour une personne qui ne l'aime pas et qui lui a donc fait du mal. Ce qui peut engendrer de la colère voire de la haine.
Le bonheur et la tristesse sont aussi les deux faces d'une même médaille, quand on cherche à être heureux avec une personne dont on veut faire la bonheur, pour laquelle on s'offre et que cette dernière vous prend tout, votre temps, votre dévouement, vos biens, votre argents, votre amour etc... pour s'en moquer, pour ne rien vous donner en retour, voir pire pour vous faire du mal. La médaille se retourne alors aussi et vous passez du bonheur à la tristesse et de l'amour à la haine et la colère. Parce que le rapport amoureux n'aura pas été réciproque et surtout pas respectueux.
Pour qu'une relation fonctionne, qu'elle soit amoureuse, familiale, amicale ou autres, le respect doit être réciproque.


V-Le danger de l'inégalité dans une relation

Il est tout à fait possible qu'un homme et une femme couchent ensembles, sans être amoureux et que le rapport soit quand même mutuellement respectueux. A condition que les deux soient sur la même longueur d'onde. Si l'homme tombe amoureux de la femme, que cette dernière le sait mais que elle ne l'aime pas, il vaut mieux stopper leur relation. Ou au moins qu'elle insiste bien sur le fait que elle, ne l'aime pas et qu'il ne doit pas espérer que ça arrive. Le rapport doit rester égalitaire, si l'homme éprouve des sentiments pour la femme alors que ce n'est pas réciproque, cette dernière aura un pouvoir sur lui qui la mettra dans une position avantageuse voire dominante si elle en abuse. C'est à dire si elle en vient à profiter des sentiments de l'autre pour obtenir ce qu'elle veut, à savoir des rapports sexuels, alors que l'homme cherchera aussi à se faire aimer et donc n'aura pas ce qu'il attend d'elle. Cette position qui place la femme en situation profitable ne veut pas dire que cette dernière en abusera, mais c'est une situation plus difficile à gérer.

Après tout le fait qu'un parent soit en position de dominer son enfant, physiquement et intellectuellement, ne veut pas dire que tous les parents sont dominants avec leurs enfants, fort heureusement. Comme le dit son l'oncle à Spider man, "un grand pouvoir implique de grandes responsabilités". Le parent qui a un pouvoir d'influence et de supériorité sur son enfant, doit s'en servir avec responsabilité et à bon escient pour inculquer les valeurs de respect à son enfant, pas pour lui montrer le mauvais exemple en abusant de son pouvoir pour le dominer, sinon l'enfant risque lui même d'avoir des difficultés à établir des rapports respectueux avec autrui, car il aura grandi sous une mauvaise influence.


VI-Relation inégalitaire ne veut pas dire irrespectueux


Un couple que j'ai connu une fois, un jeune homme de 19ans qui sortait avec une fille de 15ans. Cette dernière n'était pas encore prête à faire l'amour et refusait donc de le faire avec son petit copain qui par respect envers elle (et par amour) acceptait cette situation. Un ami de ce dernier lui a alors demandé, "ça ne te gêne pas de ne pas pouvoir t'épanouir sexuellement et de t'abstenir pour elle?" Le petit ami de 19ans, donc de quatre ans son ainé lui alors répondu :"ça me gênerait encore plus de la mettre mal à l'aise et qu'elle fasse l'amour avec moi uniquement pour me faire plaisir. Je préférerais largement qu'elle le fasse parce qu'elle en a envie aussi. Après, ça ne nous empêche pas de nous aimer."

Voila un bon exemple d'un amour respectueux et d'une relation inégalitaire, puisque le garçon est plus mature que la fille, mais pourtant respectueuse malgré cet écart. Notamment parce que le garçon respecte le niveau de maturité inférieur de sa copine, par amour et par respect pour elle. Il tient compte de ses envies et se met donc en quelques sortes à égalité avec elle en ne lui demandant pas plus que ce qu'elle consent à lui apporter. Et surtout quand on aime quelqu'un, on le respecte et on voudrait être aimé en retour. Or contraindre quelqu'un que l'on prétend aimer à faire l'amour avec nous, alors qu'elle ne le veut pas, c'est le meilleur moyen de perdre l'amour de celui ou celle qu'on aime. Ce qu'une personne amoureuse et respectueuse ne voudrait donc pas. Contrairement à l'amoureux possessif qui place ses désirs et ses satisfactions personnelles au dessus du respect des autres et qui considère que son amoureux ou amoureuse lui appartient et se doit de rester auprès de lui, même si elle ne l'aime plus ou se sent mal à l'aise avec lui. L'amoureux possessif cherche plus à satisfaire ses désirs qu'à se faire aimer. L'amoureux respectueux aussi en remarque, cherche à satisfaire ses désirs avant tout, puisque son désir est de se faire aimer en retour. Se sentir aimé et respecté, cela reste un besoin de satisfaction personnel, mais cela engendre un amour plus sain qui permet d'établir des rapports plus égalitaires et plus respectueux, puisque l'amour sera dans ces cas là réciproques, sauf si son ou sa partenaire le manipulera à son insu bien sûr.


VII-Harmonie et respect parfait n'existent pas, mais...

Après est-ce qu'une relation peut être parfaitement harmonieuse? Il existe des couples d'amoureux sincères où l'un des deux bascule dans l'irrespect, alors qu'avant le respect et l'amour était fort et réciproque. Mais comme expliqué plus haut, l'amour et la haine sont les deux faces d'une même médaille, si l'amour nous pousse à respecter, la haine étant le parfait opposé de l'amour, nous pousse lui à l'irrespect. Quand on hait une personne, on souhaite qu'il lui arrive malheur. Surtout que notre haine sera très certainement mue par la mal que cette personne nous aura fait, on souhaite donc que cette personne responsable de nos malheurs souffre elle aussi, par vengeance et aussi pour lui faire comprendre que ses actes nous ont fait souffrir. Il suffit donc parfois de pas grand chose pour que de l'amour on passe à la haine et donc du respect au mépris.

Mais aussi une chose importante, c'est que chez l'être humain, rien n'est absolu. Pas même l'amour, c'est pourquoi le respect ne peut pas être absolu non plus. Mais plus l'amour est fort, plus le respect le sera.

Pareil pour le rapport égalitaire. L'égalité entre les deux protagonistes ne peut pas être parfaitement équilibrée, il y en a forcément un qui sera un peu dominant par rapport à l'autre,
qui prendra plus de décisions que l'autre, s'imposera un peu plus que l'autre. Mais si il le respecte, il fera des efforts et s'efforcera de rétablir comme il peut le déséquilibre occasionné par sa tendance à parfois trop se placer en avant dans son couple au détriment de celui ou celle qu'il ou elle aime.

Voir le profil de l'utilisateur http://adep.1fr1.net

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum